La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Jude In The Sky
Je ne suis pas folle, vous savez
Too good to be true | 29.09.2011 - 23 h 39 | 15 COMMENTAIRES
Blind test

Étiquettes : , , , , , ,

Aujourd’hui, j’ai déjeuné avec @Cat (merci, c’était très sympa 🙂 ). Et comme les profs, c’est comme les journalistes, ça a l’air de glander mais en fait ça bosse tout le temps, avant de manger nous avons travaillé. Cat – je cite – «prépare une séquence sur le marché et son étude en partant de la guerre entre Coca et Pepsi sur le marché du cola».

On a donc fait un blind test, une dégustation à l’aveugle de Coca et Pepsi:

Premier test: l’odeur. Verdict: quasi pareil, avec peut-être une vague odeur de caramel chimique plus prononcée à droite.

Deuxième test: le goût. À la première gorgée, aucune différence. Vraiment. Alors que j’étais persuadée de nettement préférer le Coca (en boite ou en bouteille en verre, ni plastique ni pression, je suis comme ça moi). Bah en fait non. En testant encore et encore, on a fini par admettre que peut-être, oui, très loin, là-bas dans le noir, il y avait une différence de goût minime. Et même que si vraiment il fallait choisir, si ma vie en dépendait, le cola de gauche me plaisait peut-être (je sais, je répète les peut-être) un tantinet plus. Ou pas.

Résultat:

Argh, grand choc: j’ai vaguement peut-être préféré le Pepsi.

Argh, grand choc 2: maintenant que nous avons les canettes sous les yeux, le goût nous semble vraiment différent.

Conclusion: L’être humain est décidément facilement manipulable.

 

Sur la guerre Pepsi/Coca, un film à voir, One, Two, Three de Billy Wilder, avec James Cagney:

http://youtu.be/GPvpHIUNbzo

Nawak | Too good to be true | 22.11.2010 - 13 h 46 | 0 COMMENTAIRES
Production porcine en Bretagne: le communiqué de presse du jour

Étiquettes : , , , , , , ,

Quand je vous dis qu’on reçoit des trucs inattendus à Yagg.

Résultats de la 1ère vague de l’Observatoire Ipsos / CRP de l’image de la production porcine en Bretagne

Bonjour,

A l’initiative du Comité Régional Porcin de Bretagne, l’institut IPSOS a mené une enquête d’opinion pour mesurer l’image de la production porcine bretonne. Cette 1ère vague de l’observatoire a été réalisée en juin 2010 auprès de 800 Bretons, constituant un échantillon représentatif de la population bretonne âgée de 18 ans et plus.

► La production porcine bretonne bénéficie d’une assez bonne image : la majorité des Bretons déclare avoir une bonne opinion des éleveurs de porcs bretons (60%) et de la production porcine bretonne (62%) mais les Bretons expriment plus fréquemment une assez bonne opinion (respectivement 51% et 54%) qu’une très bonne opinion (9% et 8%).

► Une filière perçue comme indispensable pour le dynamisme et le tissu rural de la région : 84% des Bretons pensent que la production porcine est indispensable au dynamisme économique de la région, 70% qu’elle contribue à l’animation du tissu rural et 61% qu’elle est une activité créatrice d’emplois.

► Les Bretons se montrent toutefois critiques sur l’impact environnemental de l’activité : seuls 36% estiment ainsi que les éleveurs entretiennent le paysage et 38% que la production porcine participe à la reconquête de la qualité des eaux. Pour 54% des Bretons, les éleveurs n’entretiendraient pas de bonnes relations avec leurs riverains.

► Mais les Bretons considèrent que dans le domaine de l’environnement et de la sécurité sanitaire, les éleveurs sont en train de changer : 58% des Bretons estiment que les éleveurs de porcs ont pris conscience de leurs responsabilités vis-à-vis de l’environnement. 64% considèrent que les éleveurs sont à la tête d’entreprises « à taille humaine » et 54% que les éleveurs se montrent soucieux du bien-être animal. 73% des interviewés estiment qu’ils ont fait évoluer leurs pratiques d’élevage et 72% jugent que la production porcine a acquis un niveau de sécurité sanitaire élevé.

► Une image qui s’améliore, une filière qui évolue dans le bon sens : 71% des Bretons considèrent que, depuis ces quinze dernières années, l’image des éleveurs s’est améliorée. La population a majoritairement perçu les efforts entrepris par le secteur pour améliorer son image (63%) et estime qu’il évolue dans le bon sens (56%).Plus de huit répondants sur dix s’accordent sur la qualité de la viande produite par les éleveurs (82%) et sur leur professionnalisme (80%).

► Les principaux enjeux pour le futur : c’est d’abord sur la protection des eaux et des sols que les Bretons attendent des efforts de la part de la filière (72%), loin devant la diminution des nuisances sonores et olfactives (26%), le bien-être des animaux (26%), la qualité de la viande (20%) ou encore la sécurité sanitaire (15%). Sur ces points, la population reconnaît que de très nombreux efforts ont été entrepris et elle attend encore plus de résultats. L’information est de fait un axe de progression majeur puisque 58% de la population considère être mal informée sur ses activités et ses évolutions.

Avec, il y a une PJ, avec des jolis diagrammes, tableaux etc. Vraiment, du bon boulot. Mais – comment dire ça poliment? – ce n’est pas vraiment notre sujet, quoi.

Photo via

Too good to be true | 16.11.2010 - 13 h 16 | 3 COMMENTAIRES
Le communiqué de presse étrange du jour: Journée mondiale des toilettes

Étiquettes : , , , , , , ,

Ma question: pourquoi envoyer un communiqué sur les toilettes à un site d’infos LGBT?

Journée mondiale des toilettes le 19 novembre

Les Français, champions d’Europe…
du manque d’hygiène !

Roissy, le 16 novembre 2010 – A l’occasion de la journée mondiale des toilettes, Tork, marque internationale de la société SCA, présente les résultats de l’enquête réalisée avec Easyresearch/Questback au niveau européen.

A la demande de Tork, 2 500 Européens ont répondu en octobre 2010 à des questions concernant leurs habitudes aux toilettes. Les Français se trouvent en bas de l’échelle en ce qui concerne le lavage des mains en sortant des toilettes.

L’étude révèle que l’hygiène des toilettes au travail, dans les lieux publics ou encore à l’école en France est relativement faible.

Les habitudes sur le lieu de travail :

76,5 % des Français disent se laver les mains systématiquement en sortant des toilettes. Un chiffre faible en comparaison aux autres pays européens : en Allemagne, en Angleterre et en Finlande, ce chiffre est de 89 %.

Classement des pays où on se lave le plus les mains après être allé aux toilettes :

Angleterre 89 %
Allemagne 89 %
Finlande 89 %
Suède 87 %
Pologne 86 %
France 76.5 %
Belgique 76 %

L’écart entre les pays européens persiste quant à l’image qu’ils ont des toilettes sur le lieu de travail. Aux yeux des français, cette image s’avère être plutôt négative. En effet, l’enquête montre que 48 % des français considèrent que les toilettes sur leur lieu de travail ne sont pas propres. Seuls 30 % indiquent qu’elles sont toujours propres.

Classement du pourcentage de personnes estimant que les toilettes sont souvent sales sur leur lieu de travail

Finlande 10 %
Suède 22 %
Angleterre 35 %
Allemagne 35 %
Pologne 37 %
Belgique 40 %
France 48 %

En conséquence, 17 % utilisent rarement voire jamais les toilettes sur leur lieu de travail mais attendent d’être rentrés chez eux, vont dehors ou dans un autre lieu. Selon les français, leurs collègues seraient la première cause de ce manque de propreté. Les risques liés à ce manque d’hygiène inquiètent 39 % d’entre eux, qui craignent d’être contaminés par différentes maladies lorsqu’ils utilisent les toilettes de leur lieu de travail.

Lorsque les Français classifient ce qui est le plus important concernant les toilettes, ils indiquent d’abord qu’elles doivent être propres et sentir bon, ensuite qu’il y ait du savon liquide et des essuie-mains en papier et que les poubelles ne débordent pas. En revanche, la présence d’équipements modernes ou d’une protection hygiénique sur le siège des toilettes ne leur semble pas prioritaire.

Les habitudes d’hygiène à l’école restent très controversées

Selon l’étude, 68,3 % des enfants attendraient de rentrer chez eux pour aller aux toilettes, faute de propreté dans les sanitaires de leur école (50,3 % des parents interrogés pensent que leurs enfants sont confrontés à un manque de propreté dans les toilettes de leur école). La première des raisons mentionnées est le manque de papier toilette, suivi par le manque de savon.
Pour 48 % des parents, l’hygiène des toilettes n’est pas une question prioritaire pour la direction de l’école.

Les conseils de Tork pour une bonne hygiène au quotidien

L’hygiène des mains

Une bonne hygiène des mains est élémentaire pour rester en bonne santé. « Si nous avons des bactéries sur les mains, nous les ingérons facilement. Le bouton de la chasse d’eau, l’interrupteur de la lumière, le robinet et la poignée sont souvent des points sur lesquels se trouvent de nombreuses bactéries. S’il l’on souhaite par exemple éviter de toucher le robinet juste après s’être lavé les mains, on peut utiliser un essuie-mains en papier », conseille Joséphine Roux, expert en hygiène chez Tork.

L’importance du séchage des mains avec des essuie-mains en papier jetables

Pour avoir des mains parfaitement propres après être allé aux toilettes, il faut les laver avec du savon pendant 15 à 20 secondes. Il est aussi très important de les sécher soigneusement avec un essuie-mains en papier. En effet, les bactéries prolifèrent surtout dans les milieux humides.
« Les essuie-mains textiles ou similaires, ainsi que les sèche-mains électriques, sont de vrais nids à microbes. Les essuie-mains textiles recueillent les bactéries de différentes personnes, qui se développent ensuite dans les essuie-mains humides », explique Joséphine Roux.

A Propos de Tork

Tork est la marque leader des produits d’hygiène, d’essuyage et de services dans les domaines des collectivités, de l’industrie, de la santé, des sociétés de services, de la restauration et dans d’autres établissements publics. Tork appartient au groupe SCA et son chiffre d’affaires dans le monde s’élève à 11 milliards d’euros en 2009.
L’entreprise s’engage depuis toujours pour la protection de l’environnement et mène une politique de développement durable qui lui a permis d’obtenir de nombreux Ecolabels pour ses produits et des certifications type ISO 14001 et EMAS pour ses unités de production.
La gamme Tork est composée de 3 segments : sanitaires (papiers toilettes, essuie-mains, savons, désodorisants, mouchoirs), l’art de la table (serviettes à pliage traditionnel et pour distributeurs) et l’industrie (produits et bobines en ouate de cellulose et non-tissés). Une large gamme de distributeurs complète son offre.
Pour plus d’informations sur Tork, visitez www.tork.fr

Too good to be true | Vidéo | 28.07.2010 - 11 h 35 | 4 COMMENTAIRES
« Fight Club », version Jane Austen

Étiquettes : , , , ,

Jane Austen's Fight Club

Les Mormons ne font pas que se battre contre les homos (cf leur énorme soutien financier à la Proposition 8), ils font parfois aussi des choses drôles, comme cette parodie de Fight Club, à  la sauce Jane Austen, avec la musique de Kill Bill en prime. Ce court-métrage a remporté le grand prix d’un festival de films organisé par le Santa Monica 3rd Ward, un groupe de « jeunes adultes célibataires » de l’Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours.

Cliquez sur Jane Austen’s Fight Club si la vidéo ne fonctionne pas.

Icônes | Star Wars | Too good to be true | 22.06.2010 - 23 h 55 | 1 COMMENTAIRES
Rachel Maddow présidente!

Étiquettes : , ,

Dans la vidéo ci-dessous, Rachel Maddow prononce le discours qu’elle aurait aimé entendre dans la bouche de Barack Obama:

Visit msnbc.com for breaking news, world news, and news about the economy

Et parce que Rachel Maddow n’est pas juste une fine analyste de la politique US, une autre vidéo, pour le plaisir (merci Max!):

Publicité
 
À LIRE SUR YAGG
IMAGE_NOT_AVAILABLE
A la une , France | 5 H 38 | 1 COMMENTAIRE
IMAGE_NOT_AVAILABLE
A la une | 10 H 21 | 26 COMMENTAIRE
IMAGE_NOT_AVAILABLE
France | 1 H 16 | 3 COMMENTAIRE